Dorothée C. - Photographie nature

mardi 10 avril 2012

Les orchidées nouvelles sont arrivées !!!

Et on commence la série (qui j'espère sera longue cette année) avec l'Orchis bouffon (Anacamptis morio ; anciennement Orchis morio), aussi appelé Orchis casque, Satirion, Soupe à vin, Morion, Folle femelle ou bien encore Damette.

Elle tient son nom latin de l'espagnol morriòn, casque ouvert et caractérisé par sa haute crête, en usage au 16ème et 17ème siècle en Europe et rendu célèbre par les conquistadores espagnols.

C'est une des premières orchidées à fleurir dans la région (Loire-Atlantique) avec l'Ophrys araignée et l'Orchis mâle. Elle présente une grande variabilité tant au niveau de sa taille qu'au niveau de ses couleurs (allant du violacé au blanc, en passant par le rosé), mais reste tout de même facilement reconnaissable grâce à son casque veiné de vert.

L'Orchis bouffon est très répandue du fait de ses faibles exigences écologiques : elle se plait autant sur sols maigres, acides ou calcaires que sur pelouses sèches ou humides, à l'ombre ou ensoleillées. Pourtant on note sa régression généralisée du fait de la fermeture des prairies par l'embroussaillement, de la fertilisation ou de la mise en culture des pelouses entre autres.

 

Orchis bouffon

Les petites tâches jaunes que l'on peut apercevoir sur le labelle ne sont pas des grains de pollens mais 2 collemboles (petits arthropodes qui vivent pour la plupart dans les premiers centimètres du sol, à l'abri de la lumière directe, mesurant en moyenne 2 à 3 mm). La photo de dessous est un agrandissement d'une partie du labelle de l'Orchis bouffon où l'on distingue davantage les collemboles. Et en bonus le lien vers le site de Philippe Lebeaux qui nous présente de très belles photos de ces bébêtes.

 Orchis bouffon

 

Orchis bouffon

 

Orchis bouffon

 

Orchis bouffon

 

Orchis bouffon

 

Orchis bouffon

 

Orchis bouffon

 

Orchis bouffon

Orchis bouffon (Anacamptis morio), Saint-Aignan de Grand lieu (Loire-Atlantique), avril 2012

 

Notes sur le nom latin :

Depuis 1997 et suite aux travaux de Bateman, Pridgeon et Chase, l'Orchis morio devient l'Anacamptis morio. Ces travaux ont montré que certaines espèces d'orchidées censées êtres proches morphologiquement parlant se sont avérées être au final assez éloignées génétiquement parlant, et inversement. Ainsi, l'Orchis bouffon, l'Orchis à fleurs lâches (Anacamptis laxiflora) et l'Orchis pyramidal (Anacamptis pyramidalis) sont proches génétiquement et sont tout trois éloignés de l'Orchis mâle (Orchis mascula). Ils ont donc été tout trois regroupés dans le genre Anacamptis. De plus, aucune hybridation Orchis bouffon x Orchis mâle n'a été observé même si elles fréquentes quasiment les mêmes biotopes, alors que l'Orchis bouffon s'hybride avec l'Orchis pyramidal et l'Orchis à fleurs lâches.

Mais pourquoi dans le groupe Anacamptis en particulier ? Parce que le genre Orchis est soupçonné d'être un "fourre-tout" d'espèces hétérogènes et que les genres qui comptent peu d'espèces sont "suspect" du fait de leur pauvreté, cas du genre Anacamptis.

Source : Des orchidées sauvages ... en Loire-Atlantique ? Jean-Yves David, Ed. Amalthée, 2007

Posté par cdorothee à 19:44 - Photos - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

    Très instructif et joliment documenté.
    Je l'aurais confondu avec l'orchys mâle tellement cette dernière est présente et les orchidées globalement difficile à dénicher dans certaines régions.

    Posté par Zipanu, jeudi 12 avril 2012 à 11:47
  • Je te remercie Zipanu ! C'est vrai que ces deux orchidées peuvent être facilement confondues. Comme écrit dans l'article, l'Orchis bouffon est facilement reconnaissable grâce à son casque rayé de vert. Autre "grosse" différence : les feuilles de l'Orchis mâle sont souvent marquées de tâches brunes. J'ai eu l'occasion d'en photographier récemment mais disons que le résultat ne me convenait pas (photographiquement parlant)!
    Et c'est vrai aussi que dans certaines régions et ici notamment (Loire-Atlantique) elles sont difficiles à trouver. On en croise cependant parfois le long des routes et des talus, à la faveur d'un remblais calcaire (le long ou en sortie des voies rapides notamment). Sinon il faut chercher les habitats favorables à la présence de ces belles, comme des prairies humides ou encore des pelouses sèches par exemple.
    Je crois bien que tu m'a donné une idée de billet ...

    Posté par Dorothée, lundi 16 avril 2012 à 11:24
  • Deux blogs "Photographie Nature" de Canalblog qui présentent Anacamptis morio à quelques jours d'intervalle, ça c'est de la coïncidence ! Tes photos sont vraiment très réussies !

    Cdlt,
    Jma

    Posté par Jma, vendredi 20 avril 2012 à 21:58

Poster un commentaire








© dcphotonature.canalblog.com | 2010-2011 | Tous droits réservés
Toutes les images de ce site sont protégées par le code de la propriété intellectuelle et ne peuvent être utilisées sans autorisation de l'auteur.